www.snuipp.fr

SNUipp-FSU du Bas-Rhin (67)

Vous êtes actuellement : Archives  / Archives IUFM, Formation continue, Concours  / FORMATION ET DEBUTANTS 2012  / IUFM, Formation continue, Concours 2012  / Recrutement 2012 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
7 juillet 2011

Concours enseignant : reculer pour mieux sauter ! Juillet 2011

Le SNUipp chez le ministre : Annonce d’une augmentation des recrutements au concours PE 2012

Le ministre a annoncé au SNUipp, reçu ce jour, qu’au lieu des 3 000 places initialement prévues, il ouvrirait 5 000 places au concours de PE 2012, dont l’admissibilité est fixée en septembre 2011.

Dès l’annonce, le 21 juin dernier, par Nicolas Sarkozy, qu’il n’y aurait pas de suppressions nettes de classes, le SNUipp avait réagi en déclarant que pour rendre crédible cette promesse, le nombre de places au concours devait être augmenté afin de compenser les départs en retraite. Si le compte n’y est toujours pas, le gouvernement est contraint de revoir sa dotation pour le primaire. C’est une première bonne nouvelle pour les étudiants qui se destinent au métier de professeur des écoles. Sans les actions développées dans les départements par les enseignants, les parents et les élus au cours des opérations de carte scolaire de ce printemps, qui avaient débouché sur le rendez-vous national du 18 mai devant le ministère, le gouvernement aurait maintenu 3 000 recrutements en 2012, comme cette année. Ce ne sera pas le cas.

Cela doit nous encourager à poursuivre et amplifier les mobilisations pour l’Education dans la période de rentrée au moment des derniers ajustements de la carte scolaire mais aussi le 27 septembre lors de la journée de grève unitaire. 14 000 suppressions de postes sont toujours annoncées en 2012 pour toute l’Education. Depuis plusieurs mois, le SNUipp est en première ligne des mobilisations aussi bien dans les départements avec les collègues et les parents que dans les médias développant ainsi la bataille d’opinion contre le « un sur deux non remplacé ». Ce sont notamment ces actions conjuguées qui obligent le gouvernement et le ministre à réagir. Notre mot d’ordre « On ne se laisse pas faire » est plus que jamais d’actualité.

Durant l’audience, le SNUipp a attiré l’attention du ministre sur la situation de plus en plus intenable des directeurs d’école. Il a rappelé la nécessité de mesures d’urgence pour la rentrée notamment en terme de temps de décharge et de création d’une aide administrative pérenne.


Fin des concours de recrutement : Un système scolaire encore plus inégalitaire

Communiqué de presse du SNUipp-FSU, Paris, le 1er juillet 2011.

Le 6 juillet prochain, la commission des Affaires culturelles et de l’Education de l’Assemblée nationale va examiner le rapport de la mission parlementaire dirigé par M. Grosperrin sur le recrutement et la formation des enseignants.

En mettant l’accent sur la suppression des concours pour devenir enseignant, le député du Doubs met sous l’éteignoir les autres propositions intéressantes de ce rapport : urgence d’une refonte de la formation, formation progressive depuis la licence avec des stages préparés et accompagnés, mise en place d’un cahier des charges national, place des IUFM et de la recherche.

De fait, il lance un ballon d’essai qui en dit long sur les intentions de la majorité parlementaire de démanteler le service public de l’Education nationale. Après la suppression de la carte scolaire renforçant la ségrégation des élèves, voilà la fin des concours permettant ainsi le possible tri des enseignants. La privatisation du système éducatif est en marche. L’application d’une telle mesure changerait totalement la face de l’école. Celle-ci entrerait dans l’ère du clientélisme et de la concurrence à tout crin. Recrutés selon le bon vouloir de quelques-uns, sur des critères à géométrie variable, les enseignants verraient ainsi leur indépendance et leur neutralité de fonctionnaire fondamentalement menacées. Il leur sera alors difficile de rester sourds aux pressions politiques qui pourraient s’exercer ici ou là. Cela ne fera qu’introduire de véritables concurrences entre les écoles accentuant les inégalités territoriales au détriment des élèves les plus fragiles. Le SNUipp-FSU dénonce cette proposition qui met à mal les principes d’équité et d’exigence nationale du recrutement, le concours étant le garant d’un accès égalitaire à la fonction publique. Les priorités en matière de formation des enseignants sont ailleurs. L’urgence, c’est de reconstruire une véritable formation professionnelle pour tous les étudiants se destinant au métier d’enseignant et de garantir une école de tous les enseignants pour tous les élèves.

 

29 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU du Bas-Rhin (67), tous droits réservés.