www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin

Vous êtes actuellement : Archives  / ARCHIVES CARRIERE  / Carrière 2011  / Inspection 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
3 janvier 2012

Evaluation des enseignants : des négociations seraient ouvertes…mais Luc Chatel n’est pas au courant ! Décembre 2011

Alors que le Sgen-CFDT a quitté l’intersyndicale pour signer « un accord de méthode avec le ministère », Luc Chatel n’a pas l’air d’y accorder une très grande importance.

Si la signature de cet accord a suffi au Sgen pour faire cavalier seul et abandonner l’action unitaire, notre ministre fait le tour des médias pour dire qu’il « n’entend pas revenir sur son projet ». Il pourrait éventuellement « réfléchir à la méthode » et « au calendrier » sur un sujet « capital », car « aujourd’hui, les enseignants sont évalués tous les sept ans, ça n’est pas valorisant pour eux ».

Ce n’est guère surprenant, le mot « négociation » ne fait pas partie du vocabulaire du ministre. Il lui préfère le mot « discussion ». Et devinez qui a toujours raison à la fin des « discussions » ?

Pas dupes des méthodes du ministre, toutes les autres fédérations syndicales du public ont appelé à la mobilisation. Même le premier syndicat de l’enseignement privé, le Fep-CFDT, pourtant dans la même fédération que le Sgen, n’a pas eu la naïveté de croire aux bonnes intentions du ministère et s’est associé à la grève du 15 décembre.

Comme d’autres, il craint notamment que la réforme freine l’avancement salarial : « augmenter provisoirement les nouveaux enseignants et réduire sur l’ensemble de leur carrière tous les autres, c’est l’art de faire croire que l’on fait plus en donnant moins. Rhétorique éprouvée de M. le ministre ».

De même le SIA (Syndicat des Inspecteurs d’Académie) a fait savoir, fait rarissime, qu’il soutenait l’action des organisations syndicales contre les projets du Ministre.

Après la pétition intersyndicale qui a déjà recueilli près de 65 000 signatures et la grève du 15 décembre nous savons bien que la mobilisation doit se poursuivre au lendemain des congés.

Après la casse méthodique de l’école et de ses personnels amorcée depuis des années et terriblement aggravée par ce gouvernement depuis des années nous ne croyons plus au Père Noël.

Mais nous restons convaincus que le minuscule « os à ronger » lancé par Luc Chatel pour faire revenir les syndicats à la niche est simplement une provocation supplémentaire.

Suite de l’épisode en 2012...

 

50 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin, tous droits réservés.