www.snuipp.fr

SNUipp-FSU du Bas-Rhin

Vous êtes actuellement : Ecole et société  / L’école et ses élèves : Pédagogie, Programmes...  / Maternelle 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
31 janvier 2012

Outils pour les élèves de Grande Section de Maternelle : La vigilance reste de mise ! Janvier 2012

Le 19 janvier dernier, la DGESCO (Direction générale de l’enseignement scolaire du ministère) a reçu le SNUipp-FSU pour lui présenter de nouveaux outils pour les élèves de grande section maternelle.

Le ministère a confirmé l’abandon d’un dispositif national d’évaluation comme celui de novembre dernier qui catégorisait les élèves comme à "à risque", ou "à haut risque" et contre lequel le SNUipp-FSU s’était publiquement élevé. La confusion avec le travail de repérage des médecins scolaires est aussi écartée.

Aujourd’hui, le ministère met en avant un changement d’orientation avec une nouvelle démarche. Pour l’heure, le SNUipp-FSU note que le peu d’éléments présentés priorise avant tout une approche formatée.

Ainsi, la DGESCO propose de mettre à disposition des enseignants de nouvelles ressources pour identifier les difficultés des élèves puis mettre en place les aides correspondantes notamment sur le temps d’aide personnalisée. Trois domaines regroupant 11 catégories sont ciblés :
- la langue (expression orale, syntaxe, compréhension de textes, phonologie, vocabulaire) ;
- les mathématiques (sens des nombres, espace et géométrie) ;
- les compétences transversales (motricité fine, capacité graphique, attention, mémoire, planification et organisation des tâches).

La DGESCO affirme que ces outils n’auront aucun caractère obligatoire. Ils sont présentés par le ministère comme des ressources dans lesquelles les enseignants pourront piocher. Pour l’instant, seuls des outils concernant la phonologie et la compréhension de textes lus sont en voie de finalisation. Ils s’inspireraient du programme "PARLER" de Michel Zorman du laboratoire des sciences de l’éducation de l’université Pierre-Mendès-France Grenoble-II, qui a été ou est utilisé actuellement dans certaines écoles.

Attention : Pour le SNUipp-FSU, ces outils ne sont pas des recettes miracle. Mr Zorman lui même précise d’ailleurs que ces outils ne peuvent faire l’objet d’une simple prescription mécanique et qu’ils doivent être mis à la main du "savoir faire des professionnels".

Le ministère annonce que 2 000 conseillers pédagogiques seraient formés entre mars et décembre 2012 notamment à l’utilisation de ces outils. Le financement serait pris sur le grand emprunt.

En l’état, le SNUipp est d’une grande vigilance. Avant toute mise à disposition aux écoles de ces nouveaux outils, il a demandé au ministère d’en prendre connaissance pour en apprécier le contenu en le confrontant notamment au regard de chercheurs.

Le SNUipp-FSU réfutera toute approche mécanique et simpliste. Il n’existe pas une seule façon de faire. Certes, les équipes ont besoin d’outils pour comprendre la nature des difficultés des élèves et les aider. Elles doivent aussi avoir le choix des démarches pédagogiques qu’elles jugent les mieux adaptées à leur classe.

De plus, la production d’outils ne saurait se substituer à l’expertise des enseignants et des RASED dûment formés et en nombre suffisant.

 

21 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU du Bas-Rhin, tous droits réservés.