www.snuipp.fr

SNUipp-FSU du Bas-Rhin

Vous êtes actuellement : Ecole et société  / L’école et ses élèves : Pédagogie, Programmes...  / Polémiques sur la lecture 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
28 février 2008

Le son et la syllabe. Janvier 2006

L’apprentissage de la lecture

"par le son et la syllabe"

commencera au CP dès la rentrée 2006,

assure Gilles de Robien.

Par Grégory Danel

L’apprentissage de la lecture "par le son et la syllabe" commencera en CP (cours préparatoire) dès la rentrée 2006, assure Gilles de Robien, ministre de l’Éducation nationale, aujourd’hui jeudi 6 janvier 2006, lors de la présentation de la circulaire précisant les modalités de cet apprentissage (L’AEF du 05/01/2006, 59832).

Toutefois, dès le premier semestre 2006, les objectifs de cette circulaire, à savoir l’abandon des méthodes globales et assimilées et le recours aux méthodes graphophonologies (dites syllabiques) pourront faire l’objet de formations dans les IUFM. Le texte s’adresse d’abord aux inspecteurs, aux conseillers pédagogiques et aux formateurs des IUFM. 

"L’effort principal doit porter sur les cadres intermédiaires", insiste Gilles de Robien qui promet la mise en place de séminaires d’information et de formation. Selon Gilles de Robien, "la méthode globale existe toujours" ou plus précisément les méthodes à départ global, qu’il entend supprimer. S’appuyant sur des travaux de chercheurs, comme ceux de Liliane Sprenger-Charolles, Johannes Ziegler ou Stanislas Dehaene (L’AEF du 5/01/2006, 59837), le ministre de l’Éducation nationale assure que ces méthodes "sont beaucoup moins efficaces que les méthodes à départ phono-synthétique ou syllabique, et qu’elles sont même néfastes pour les enfants les plus fragiles".

C’est d’ailleurs pour les 20% d’enfants ayant des difficultés d’apprentissage de la lecture, que cette circulaire a été rédigée, assure le ministre.

"PAS N’IMPORTE QUOI" Face "à des instituteurs qui se sentent abandonnés", Gilles de Robien souhaite, avec cette circulaire, "donner des repères". S’il n’est pas question de revoir les programmes de 2002, "les instructions ont jusqu’ici prêté à confusion" et sont "demeurées ambiguës".

Il n’est pas non plus question de remettre en cause la liberté pédagogique, affirme le ministre. Cependant il ajoute que "la liberté pédagogique s’exerce dans le respect des programmes et des instructions du ministre". Il déclare également que "le corollaire de la liberté" est "l’efficacité et le souci du résultat". "La liberté pédagogique n’est pas la liberté de faire n’importe quoi", résume Gilles de Robien. Il se refuse cependant à parler de sanctions "contre-productives" à l’égard des enseignants qui useraient des méthodes semi-globales. Gilles de Robien réfute les accusations de "passéisme" et remarque que des pays comme les États-Unis, l’Australie, la Grande-Bretagne ou encore la Finlande n’appliquent plus les méthodes photosynthétiques.

D’ores et déjà il invite les manuels scolaires à prendre en compte les objectifs de cette circulaire.

 

17 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU du Bas-Rhin, tous droits réservés.