www.snuipp.fr

SNUipp-FSU du Bas-Rhin (67)

Vous êtes actuellement : Archives  / Archives IUFM, Formation continue, Concours  / FORMATION ET DEBUTANTS 2012  / IUFM, Formation continue, Concours 2012  / Formation du personnel enseignant 2012 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
12 juin 2012

Arrêt du Conseil d’Etat sur la formation : réactions des syndicats. Juin 2012

Un arrêt du conseil d’État, du 1er juin 2012 fixe au 31 juillet 2012 la date d’effet de sa décision du 28 novembre 2011 qui annulait une partie du nouveau dispositif de formation des maîtres mis en place à la suite de la « masterisation ». En conséquence, sauf à être modifiées selon les procédures régulières, les modalités antérieures vont être rétablies à cette date, en particulier celles qui portent sur la formation en IUFM, les modalités et le volume horaire des stages.

Ce qu’en pense la FSU...

« La décision du Conseil d’État oblige le nouveau gouvernement à revenir dès la rentrée sur les pires conséquences de la réforme Chatel », estime la FSU, mercredi 6 juin 2012.

« Cette décision du Conseil d’État prouve que les syndicats qui ont contesté l’absence de formation pour les stagiaires et la casse des IUFM avaient raison », juge également la FSU.

« Le rétablissement du cahier des charges de 2006 des IUFM est donc incontournable et cela signifie qu’il s’applique désormais pour préparer la rentrée 2012 », avance la FSU. « Les personnels ne comprendraient absolument pas que le gouvernement, en ne donnant pas suite aux décisions du conseil d’État, en publiant le cahier des charges préparé par son prédécesseur et unanimement condamné au Cneser et au CSE donne le signe de valider une réforme qu’il s’est engagé à remettre à plat. »

« Les dégradations subies par les centres de formation ces dernières années et les suppressions de postes dans les écoles et établissements, vont rendre difficile l’application de la décision du Conseil d’État. Mais celle-ci impose malgré tout au nouveau ministre de prendre dès maintenant la décision de rendre aux stagiaires des conditions véritables de formation. Cela passe par un service en responsabilité allégé de façon conséquente et la mise en place de la formation dans les IUFM », note la fédération.

Ce qu’en pensent les autres syndicats...

« Revenir à la situation antérieure à 2006 n’est pas possible dans le temps et nous ne le souhaitons pas », indique de son côté Thierry Cadart, secrétaire général du Sgen-CFDT, mardi 5 juin 2012. « Il y a eu depuis des évolutions : les IUFM ont été intégrés aux universités… Cela ne s’efface pas d’un coup de plume », illustre-t-il. En outre, « pour redonner le temps de décharge de l’époque on sait qu’il faudrait recruter un grand nombre de personnes et que ce n’est pas envisageable pour la rentrée 2012 ». Selon Thierry Cadart, le cabinet du ministère de l’Éducation nationale « devrait faire le nécessaire pour assurer la sécurité juridique des nouveaux recrutés et signer les textes en attente au moins à titre provisoire ». « Il ne faut pas faire payer aux enseignants cette situation », insiste-t-il.

« Cette décision confirme que la réforme a été menée de manière calamiteuse », souligne pour sa part, Laurent Escure, secrétaire général de l’Unsa-Éducation, mercredi 6 juin 2012. « Cela nous a conduit à demander au ministère de mettre rapidement en route ce chantier. Mais il serait illusoire de construire cette formation en quelques semaines », juge-t-il. « Nous allons demander au ministère comment il compte procéder pour la rentrée », prévient-il.

« Cette situation est caricaturale ». « Le nouveau gouvernement doit soit cautionner la politique de ses prédécesseurs en poursuivant la réforme soit abandonner la masterisation. Ses marges de manœuvre sont très minces », relève Hubert Raguin, secrétaire général de la Fnec-FP-FO, mercredi 6 juin. Il rappelle que FO est en faveur d’un « retour du recrutement des enseignants au niveau licence ».

 

16 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU du Bas-Rhin (67), tous droits réservés.