www.snuipp.fr

SNUipp-FSU du Bas-Rhin (67)

Vous êtes actuellement : Archives  / Archives IUFM, Formation continue, Concours  / IUFM, Formation continue, Concours 2013  / Formation du personnel enseignant 2013 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
13 novembre 2012

Rencontre SNUipp-FSU/UNEF. Novembre 2012

Mercredi 7 novembre, le SNUipp-FSU a rencontré l’UNEF sur les questions de la formation des enseignants.

Au cours de nos échanges, l’UNEF a affirmé porter une appréciation positive sur la place du concours en fin de M1. En effet, dans son analyse, elle considère que “le rétablissement de l’année de fonctionnaire stagiaire à Bac+4 est une mesure forte pour faire reculer la précarité et permettre une véritable formation professionnelle.”

S’il n’y a pas de réponse idéale qui permette de trouver un équilibre parfait entre la logique de formation et celle du recrutement, la proposition du gouvernement est un compromis. Pour l’UNEF, elle satisfait les attentes des étudiants.

Mais il faut aller au-delà de cette seule appréciation. Une nouvelle réforme de la formation ne pourra se contenter d’être un retour en arrière où l’année de M1 correspondrait à la PE1 et à une simple préparation au concours et l’année de M2 à la PE2, c’est-à-dire l’année de formation professionnelle.

De ce point de vue, nous avons listé des convergences de vues avec l’UNEF pour exiger une vrai formation intégrée :
- Les maquettes de master doivent répondre à un cahier des charges de la formation contraignant, qui lui-même s’appuie sur un référentiel métier précis. L’autonomie des universités a conduit à d’importantes disparités dans les contenus de formation.
- Les contenus des épreuves de concours doivent avoir un caractère professionnel qui ne soit pas une simple référence aux expériences de terrain, mais qui porte sur les aspects pédagogique, didactique, épistémologique, psychologique ou plus largement sur l’environnement scolaire et le système éducatif.
- L’accréditation délivrée aux universités pour constituer un ESPE devra également répondre à un cahier des charges. Avec l’autonomie des universités, c’est une manière de cadrer les moyens alloués aux ESPE.
- Les conditions de mise en stage doivent être définies de façon plus précise (conventionnement avec l’éducation nationale) pour que les stages soient pleinement intégrés à la formation.

D’autres pistes ont été abordées comme la possibilité d’effectuer un stage dans d’autres secteurs liés à l’éducation comme la petite enfance, les collectivités territoriales, la protection infantile... pour permettre une ouverture des masters sur différents métiers de l’éducation. Mais cela pose la question de la manière dont ils s’intègrent à la formation.

Concernant les pré-recrutements, si l’UNEF est largement favorable à un dispositif large, elle s’oppose à un pré-recrutement par concours qui serait une sélection supplémentaire et conduirait à une voix d’excellence pour accéder aux métiers de l’enseignement et non à une démocratisation. Elle n’est pas non plus favorable à un pré-recrutement dès L1 qui ne correspond pas au moment où les étudiants se déterminent dans leur formation et risque de les enfermer dans un parcours de formation. L’UNEF souhaite que les critères sociaux, le parcours et le projet professionnel soient pris en compte comme conditions de pré-recrutement.

Sur l’ensemble de ces points qui ne sont pas encore tranchés, nous avons décidé avec l’UNEF d’avoir une expression commune dans les semaines à venir, pour peser notamment sur les choix du comité de suivi master qui doit se réunir concernant les maquettes de master métier de l’éducation. Dans l’immédiat, le SNUipp-FSU et l’UNEF s’adressent au ministre de l’éducation pour exiger le rétablissement des bourses « métiers de l’enseignement » qui viennent d’être supprimées., courrier à lire ICI.

 

5 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU du Bas-Rhin (67), tous droits réservés.