www.snuipp.fr

SNUipp-FSU du Bas-Rhin

Vous êtes actuellement : Ecole et société  / L’école et ses adultes : Droits, Débats...  / Refondation de l’école 2012 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
13 décembre 2012

Compte-rendu de l’entretien avec l’adjointe au Maire de Strasbourg, chargée des affaires scolaires. Décembre 2012

Le SNUIPP-FSU 67 conduit par Corinne Nicolet-Serra, co-secrétaire départementale FSUà et adjointe SNUipp, a rencontré une délégation de la mairie de Strasbourg représentée par Nicole DREYER, adjointe aux affaires scolaires et Luc GILLMAN, conseiller municipal, concernant la question de la réforme des rythmes scolaires.

Le SNUIPP 67 a rappelé :
- que cette réforme conduirait à une dégradation des conditions de travail et de vie des enseignants avec 1/2 journée de travail supplémentaire alors que les enseignants du primaire ont déjà, en dehors des heures de cours devant élèves, 108 heures d’obligation de service auxquelles s’ajoutent les heures de préparation des cours, les heures de correction des devoirs, ...
- que cette réforme devait se faire dans le cadre d’une austérité salariale puisque les salaires sont gelés. Les récentes annonces du ministre concernant l’augmentation des salaires des débutants vont conduire à bloquer encore plus le déroulement de carrière des enseignants puisque la progression salariale en cours de carrière sera encore plus réduite. A cela se superpose l’augmentation des cotisations retraites suite à la réforme Sarkozy qui a conduit à une baisse du salaire net des enseignants. Bref, la réforme des rythmes scolaires : c’est travailler plus pour gagner moins !

Concernant les échéances de mise en oeuvre de la réforme des rythmes scolaires à Strasbourg : Les représentants de la municipalité de Strasbourg ont indiqué :
- qu’ils étaient dans l’attente d’un réel cadrage national avec 5 heures par jour maximum (3 heures le matin/ 2 heures l’après-midi).
- que, pour leur part, ils considéraient incontournable le passage au mercredi matin mais qu’ils étaient préoccupés par la mise en oeuvre de manière précipitée de cette réforme dès septembre 2013 qui risquait de provoquer des réactions négatives.
- qu’ils ne pouvaient pas faire connaître leur positionnement avant fin février 2013 ; ce qui est en décalage avec le calendrier que veut imposer le ministère qui demande les réponses des collectivités pour le 1 février 2013

Concernant l’organisation de la concertation à Strasbourg : La municipalité a mis en place 4 groupes de travail pilotés par un responsable des services de la ville. Composition : ces groupes comprennent des représentants de l’EN (IEN, directeurs), des responsables du secteur associatif, des responsables de la petite enfance, un parent élu tiré au sort, des représentants de la CAF, des représentants de la préfecture. Objectif : l’objectif de ces groupes de travail est de trouver les voies d’une collaboration entre les différents partenaires de l’action éducativeen vue d’une publication sur le bien-être de l’enfant (dans le même esprit que la Charte de la qualité de la petite enfance).

Concernant l’impact financier de la réforme des rythmes scolaires : La municipalité a indiqué être en train de mener une étude pour mesurer l’impact budgétaire de la réforme – particulièrement pour ce qui concerne l’éventuelle modification du durée de la pause méridienne et de la prise en charge du temps périscolaire. Le SNUIPP-FSU 67 a indiqué ses inquiétudes quant à l’impact financier de la réforme des rythmes scolaires sur les familles et les contribuables,

Concernant l’organisation du partenariat entre la ville et les personnels enseignants : Le SNUIPP-FSU 67 a exprimé ses inquiétudes sur l’organisation du partage de l’utilisation des locaux entre les enseignants et les personnels de la ville - en particulier des vacataires employés par la municipalité (professeurs de musique, ELCO). La municipalité a réaffirmé la nécessité d’organiser le partage du travail entre les personnels de la ville et les enseignants du primaire. Sur ce point, le SNUIPP-FSU 67 rappelle ne pas être opposé sur le principe à une collaboration entre la ville et les enseignants mais dans le strict respect du statut des personnels dont l’intégralité du temps de service doit rester sous la responsabilité de l’Education Nationale et avec du temps supplémentaire de concertation. De même, le SNUIPP-FSU 67 a rappelé la responsabilité de la municipalité en matière de moyens matériels. Il a redemandé que la municipalité donne les moyens suffisants aux enseignants pour qu’ils puissent remplir leur mission au service des enfants dans les meilleures conditions possibles (ordinateurs dans toutes les classes, vraie salle de maîtres pour se réunir et travailler, structures sportives assez nombreuses pour pouvoir y enseigner).

Suite à cette rencontre, le SNUIPP-FSU 67 considère que les conditions ne sont pas remplies pour modifier, dans notre département, l’organisation de la semaine scolaire dès septembre 2013 et mettre en oeuvre une réforme des rythmes scolaires qui : 1/ conduirait à aggraver les conditions de travail des enseignants, 2/ aurait des impacts financiers non maîtrisés pour les collectivités, les familles et les contribuables, 3/ conduirait à perturber le temps scolaire des enfants.

Le SNUIPP-FSU 67 entend réaffirmer ses exigences :
- augmentation urgente des salaires par l’augmentation du point d’indice,
- rétablissement des postes supprimés par les gouvernements successifs (notamment les RASED) et recrutement de personnels statutaires pour répondre aux besoins de l’éducation,
- révision des programmes,

Dans l’état actuel, le SNUipp-FSU 67 demande l’abandon du projet Peillon, réforme préparée dans la précipitation et dans de mauvaises conditions.

Le SNUIPP-FSU 67 entend poursuivre le travail d’information sur cette question central auprès des collègues.

Pour être le plus en lien possible avec les personnels de notre département, il invite les collègues à lui faire part de leurs interrogations, inquiétudes et attentes. Devant le manque de transparence dans lesquelles sont conduites les négociations entre les collectivités et le ministère, le SNUIPP-FSU 67 invite les collègues à lui faire remonter toute information susceptible d’intéresser l’ensemble de la profession.

 

8 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU du Bas-Rhin, tous droits réservés.