www.snuipp.fr

SNUipp-FSU du Bas-Rhin

Vous êtes actuellement : Ecole et société  / L’école et ses adultes : Droits, Débats...  / Refondation de l’école 2012 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum

Documents joints

3 février 2013

"Quand les inspecteurs de différents horizons sont d’accord..."février 2013

Intervention du SNPI-FSU (syndicat des IEN) au CTM du 11 janvier 2013

L’entrée par la réorganisation de la semaine scolaire tourne le dos à une approche systémique indispensable dans le domaine de la refondation de l’école. La question des rythmes n’a guère de sens si elle est déconnectée des questions liées aux savoirs, aux programmes, aux structures, à la formation et au temps de services des enseignants. De plus, cette entrée limitée ne pose pas de diagnostic sur la responsabilité de l’école par rapport à la difficulté scolaire. Elle entérine, via l’aide personnelle, la culpabilisation des familles, en proposant une aide au travail personnel hors du temps scolaire qui légitime l’explication exclusivement individuelle de la difficulté tout en exonérant le travail ordinaire de l’école.

Ce projet de décret accorde aux maires et aux présidents d’EPCI un pouvoir concurrentiel à celui des conseils d’école. Il ajoute de la confusion dans la répartition des responsabilités entre ce qui appartient à l’État et ce qui est du ressort des collectivités territoriales. Ce faisant, il met les inspecteurs en situation de tension avec les élus politiques locaux.

En instituant plusieurs organisations du temps scolaire, il rendra impossible l’organisation équilibrée des services des enseignants (compléments de temps partiel, des décharges de direction, des animations pédagogiques). Au bout du compte, cela se traduira aussi par des pertes d’ETP qui pèseront dans une carte scolaire très tendue après 5 ans de RGPP.

Le SNPI alerte aussi le ministère des conséquences inévitables de la mise en oeuvre de ce décret sur l’organisation des animations pédagogiques de circonscription. Quand on sait qu’aujourd’hui ces animations pédagogiques se sont insidieusement substituées à la formation continue des professeurs des écoles, on prend le risque de priver le premier degré d’un levier important à son évolution.

Enfin, le SNPI regrette le déséquilibre dangereux qui est instauré par ce projet de décret en mettant en concurrence les élus politiques et les personnels de l’Éducation nationale (enseignants et inspecteurs) : soumise aux convenances et contingences politiques, la pédagogie sera toujours perdante. Il dénonce le « tout dérogatoire » qui aboutit à faire de la règle une exception. Il déplore le flou qui caractérise la présentation des activités pédagogiques complémentaires dans leur nature, leur organisation et leur volume, ce flou témoignant qu’elles n’ont pas d’autre visée que l’allègement de la charge financière des collectivités consécutive à la mise en place du décret.

Point de vue de Pierre Frackowiak, inspecteur honoraire sur la refondation ci-dessous.

PDF - 16 ko
Frackowiak-refondation

 

21 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU du Bas-Rhin, tous droits réservés.