www.snuipp.fr

SNUipp-FSU du Bas-Rhin (67)

Vous êtes actuellement : Ecole et société  / L’école et ses adultes : Droits, Débats...  / Lois, circulaires 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
28 février 2008

Déclaration du SNUipp à propos du décret sur le socle commun... Juin 2006

Vous nous demandez de nous prononcer sur le décret présentant le socle commun de connaissances. Issu de la loi Fillon que nous avons dénoncée, nous sommes aujourd’hui ni surpris, ni déçus par le résultat que vous nous présentez.

En effet, on voit mal comment aujourd’hui le socle commun transformera l’école en un lieu de réussite de tous. On voit mal en quoi ce catalogue de savoirs et compétences extrêmement hétérogènes est une meilleure définition des savoirs et des compétences que tous les élèves devraient partager.

Pourquoi définir un socle alors que les objectifs de l’École et les contenus qu’elle doit enseigner sont dans les programmes, programmes 2002 à peine mis en place et en voie d’appropriation par les enseignants des écoles ? En quoi l’écriture d’un décret rendrait plus accessible à tous et notamment aux parents ces objectifs ? Et surtout en quoi serait-il un instrument pour améliorer la scolarisation de tous les élèves ?

Contrairement à l’objectif affiché, les dispositions comprises dans cette loi ne permettront pas aux enseignants des écoles de lutter contre l’échec scolaire, pire elles peuvent renforcer les inégalités scolaires déjà existantes et laisser nombre d’élèves sur le bord du chemin.

Vous proposez, que la maîtrise du socle soit évaluée à la fin de chaque cycle. Les évaluations changent d’objectifs.Vous proposez que la maîtrise du socle soit évaluée à la fin de chaque cycle. Les évaluations changeraient alors d’objectifs. Pour le SNUipp, les évaluations doivent rester un outil au service des apprentissages et de l’enseignement et non un objectif. Le SNUipp est hostile à l’instauration d’une évaluation en CM2. En effet, une évaluation de fin de CM2 risque de s’apparenter à un examen de passage au collège et accentuer ainsi l’écart entre école et collège.

La réussite de tous les élèves est pourtant bien la question majeure posée aujourd’hui à l’Ecole.

Pour les enseignants des écoles, il est insupportable que des élèves soient en difficulté à l’école primaire et le reste à l’arrivée au collège. Il faut donc mettre en place de nouveaux fonctionnements dans les écoles et les classes permettant une meilleure prise en charge des élèves en difficulté. Laisser à penser qu’il suffirait que la nation se mette d’accord sur ce que doit enseigner l’École pour que la réussite de tous soit assurée est une imposture. Il faut dire comment on fait pour que tous les élèves acquièrent les connaissances jugées nécessaires.

 

47 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU du Bas-Rhin (67), tous droits réservés.