www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin

Vous êtes actuellement : Actions  / Les rythmes scolaires 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
2 mai 2018

Rythmes à Strasbourg : Concertation et réunions, pièges à C.... ?

Dans notre beau pays de France, nous, salariés, citoyens et usagers des services publics, souffrons d’un mal généralisé. Les décisions qui impactent NOS vies sont toujours prises par des « experts », des « cadres », des « élites », des élus dont le point commun, hélas, est d’ignorer les réalités du terrain.

Ainsi de la réforme dite « des rythmes scolaires ».

En 2013 déjà, la municipalité de Strasbourg avait lancé une GRANDE concertation dans le cadre de cette réforme. Comme il s’agissait à terme de prendre des mesures pour l’École, la municipalité décida de suivre l’avis… des parents et d’ignorer superbement ce que les enseignants avaient à dire des conditions d’apprentissage.

Dans cette histoire qui tourne en boucle et ne satisfait personne, les enfants servent toujours de prétexte. Y compris lorsque le lobby du tourisme impose son calendrier SCOLAIRE.

2018 : bis repetita ?

Le 29 mars, l’Eurométropole conviait deux intervenants à donner leur avis sur « le bien-être » et « la réussite » des enfants : messieurs Étienne Butzbach (médecin et homme politique, ancien maire PS de Belfort) et Frédéric Jesu (pédo-psychiatre).

Leurs exposés peuvent être entendus sur https://www.strasbourg.eu/rythmes-scolaires

Leurs points de vue leur appartiennent.

Au SNUipp-FSU67, nous nous interrogeons sur la légitimité d’un pédo-psychiatre à dénigrer les enseignants et l’École. C’est dans l’air du temps, nous direz-vous, rien de nouveau sous le soleil, quand on veut noyer son chien, on l’accuse toujours de la rage.

Malheureusement, le débat qui suivit la prise de parole de ces « experts » n’était pas disponible en ligne (il l’est depuis notre intervention auprès de la mairie !) Et, renseignements pris, il n’était pas prévu qu’il y soit jamais. Les personnes qui s’exprimèrent ce soir-là avaient des questions très pertinentes à poser. Auraient-elles gêné la mairie ?

Au SNUipp-FSU67, nous déplorons cette restriction de l’information. D’autant plus que nous pensons que c’est bien du débat d’idées, des échanges de points de vue et d’expériences que peut naître la pensée.

Empêcher la circulation d’arguments contradictoires est une forme de censure qui fait le lit des extrémismes.

La GRANDE concertation, sous de tels auspices, nous semble bien mal engagée. Á moins qu’elle ne serve d’écran de fumée à des décisions déjà prises.

Il faut que les conseils d’école soient entendus ! Que leur expression plaisent ou non.

 

14 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin, tous droits réservés.