www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin

Vous êtes actuellement : Carrière  / Salaires et indemnités  

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
10 septembre 2018

La Paye au mérite : Une très vieille (et très mauvaise !) idée

La paye au mérite, une très vieille idée

Comment encourager les premiers de cordée ? Au passage, notons l’étrange distorsion de la métaphore de la cordée. Pour un alpiniste, celle-ci est d’abord et avant tout une affaire de compagnonnage, synonyme de confiance et de solidarité face aux efforts et aux risques librement partagés. La macronie réduit petitement cela à un problème de leader. Navrante étroitesse de la vision.

Commente évaluer le mérite d’un enseignant ? Par le chef d’établissement ? Le risque de la « note de gueule » est patent. Par des inspections ? Par un collège de pairs ? En fonction de critères objectifs (diplômes, lieux ou condition d’exercice,…) ? ou mieux, sur la base d’indicateurs de performance et, tout particulièrement en se fondant sur l’évaluation des résultats des élèves ?

Une idée moderne qui remonte à … 1862. L’exemple britannique du Revised Education Code de 1862 et du « payment by results program », développé pour les « écoles des pauvres » dans le contexte de la montée en puissance de l’industrialisation, est particulièrement éclairant.

Trente ans plus tard, il est abandonné en catastrophe du fait du décrochage abyssal du niveau de formation britannique par rapport à ses voisins européens. Les raisons invoquées sont très riches d’enseignement : appauvrissement pédagogique car les enseignants se concentrent sur un bachotage centré sur les tests (teach to the test), intérêt moindre vis-à-vis des élèves les plus brillants doublé parfois d’une élimination des élèves susceptibles de faire baisser le pourcentage de réussite, développement préoccupant de diverses formes de tricheries, sans parler du rétrécissement des programmes aux seules matières testées.

Ces phénomènes préfigurent ce qu’on appellera plus tard, dans le domaine des sciences humaines, la loi de Campbell. Celle-ci remarque que plus on utilise un indicateur social quantitatif pour fonder des décisions, plus il est sujet à des pressions corruptives et plus il est capable de distordre le processus social qu’il est censé piloter.

Une leçon pleine d’actualité quand on veut fonder ses décisions sur des preuves.

Par Alain Chaptal dans le café pédagogique du 10 septembre 2018

Pour lire tout l’article : http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2018/09/10092018Article636721583611706106.aspx

Le 11 septembre 2018, Regards sur l’éducation a publié son comparatif des salaires des enseignants dans l’OCDE. C’est toujours aussi déprimant ! A lire ici : http://67.snuipp.fr/spip.php ?article3576

 

13 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin, tous droits réservés.