www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin

Vous êtes actuellement : Ecole et société  / L’école et ses élèves : Pédagogie, Programmes...  / Evaluations et Livret personnel de compétences (LPC) 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
2 novembre 2018

Résultats des évaluations et chiffres bidons du Ministre : La mise au point de Roland Goigoux.

"Non, les résultats aux évaluations ne montrent pas que " 23 % des élèves en début de CP ont des difficultés à reconnaître les lettres et le son qu’elles produisent " écrit Roland Goigoux.

"Non, les résultats aux évaluations ne montrent pas que " 23 % des élèves en début de CP ont des difficultés à reconnaître les lettres et le son qu’elles produisent " écrit Roland Goigoux.

"Ils montrent seulement que 23 % des élèves échouent à un exercice (n°1, séance 1) très contestable. Cet exercice inventé pour la circonstance ne correspond ni à la tradition scolaire des évaluations, ni aux tests psychologiques standardisés qui se passent tous en tête-à-tête à cet âge-là...

Dans ce test, les enfants devaient entourer parmi cinq lettres écrites celle qui correspondait au son qu’ils entendaient au début d’un mot monosyllabique que le maître leur donnait.

Par exemple " feuille " ou " bulle ". Autrement dit, il fallait d’abord qu’ils soient capables de discriminer un phonème (un son élémentaire du langage) en position initiale dans une syllabe de structure CVC (Consonne-voyelle-consonne), ce qui représente une habileté phonologique complexe, généralement hors de portée des enfants à qui on n’a pas encore appris à déchiffrer et qui, par ailleurs, n’est pas au programme de l’école maternelle.

Ensuite, les enfants devaient sélectionner l’écriture correspondant au son qu’ils venaient de discriminer. Bref il était normal et prévisible qu’ils échouent. Cela n’est en rien l’indice d’un échec de l’école".

"La solution proposée aux enseignants pour remédier à cet échec a été publiée mercredi dernier sur Eduscol : il s’agit d’apprendre aux élèves à lire ! Les enseignants n’y auraient sans doute pas pensé seuls" !.

"Non, 30 mots correctement lus à haute voix en une minute à l’entrée au CE1 n’est pas un seuil alarmant. Le seuil alarmant a été fixé à 11 mots par minute par le ministère lui-même (Eduscol, le 9 octobre).

Pour notre part, nous l’avions établi à 14 mots en 2016 (recherche Lire-Ecrire au CP ; ENS Lyon), ce qui correspondait à moins un écart-type dans la distribution des performances de notre échantillon pris dans 130 classes de CP.

Non, le ministère n’a jamais fixé à 50 le nombre de mots lus à la minute au début du CE1. C’est une norme inventée pour faire le buzz, jamais écrite nulle part...

Depuis quand un pays donne-t-il à son école l’objectif d’atteindre les performances habituelles des 30 % des meilleurs élèves ?"

Roland Goigoux, dans la Café pédagogique du 16 octobre 2018

Et Face aux menaces des IEN le SNUipp-FSU67 organise la riposte intersyndicale ! A lire ici : : http://67.snuipp.fr/spip.php ?article3756

 

23 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin, tous droits réservés.