www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin

Vous êtes actuellement : Circulaires 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
4 décembre 2018

Roland Goigoux : Comment le Ministère reprend en main les enseignants

JPG - 943.4 ko

Roland Goigoux : Comment le ministère reprend en main les enseignants

"Les évaluations de CP CE1 sont un cheval de Troie". Intervenant lors de la seconde journée du colloque sur le métier enseignant organisé par le SNUipp-Fsu, Roland Goigoux a analysé les évaluations nationales et la gouvernance impulsée par JM Blanquer dans un silence impressionnant, celui d’une salle qui est toute ouïe. Le SNUipp-FSU devait en conclusion appeler à l’unité pour faire face aux injonctions ministérielles.

"On m’a appris un métier d’exécutant"

Très connu des enseignants par ses travaux sur l’apprentissage de la lecture, notamment son étude Lire Ecrire, et sa collection "Narramus", Roland Goigoux a fait salle comble le 28 novembre. Pendant deux heures il a analysé la gouvernance de l’Education nationale mise en place par JM Blanquer en mettant l’accent sur les évaluations nationales. Un sujet qu’il avait abordé sous l’angle des apprentissages.

Mais dans cette intervention, le chercheur va beaucoup plus loin notamment sur l’aspect politique et aussi sur les options scientifiques faites par le ministre et son conseil scientifique.

Roland Goigoux a d’abord montré que la conception du métier enseignant a évolué. "En école normale, on m’a appris un métier d’exécutant", a-t-il rappelé. Au début des années 1970, l’école normale apprend les normes d’un métier clairement défini. Enseigner n’est pas un métier de concepteur comme le revendique le SNUipp-FSU avec ce colloque. "On a accordé une autonomie aux enseignants quand l’institution s’est sentie incapable d’imposer un pilotage clair", au moment où elle prend conscience de l’échec scolaire avec le défi du collège unique. "On revient à une mise sous tutelle des enseignants car l’institution croit savoir ce qu’il faut faire. La liberté dont on a joui était conjoncturelle, liée aux difficultés à se mettre d’accord sur des pratiques de référence". Roland Goigoux pousse un peu plus loin le raisonnement. "Si les enseignants sont prêts à accepter cela c’est parce qu’ils sont traumatisés. Ils ont besoin de dispositifs qui les protègent".

Arnaque dans l’utilisation de la science

Comment le ministère peut-il imposer de "bonnes pratiques" aux enseignants ? Pour Roland Goigoux il y a une "arnaque complète" dans l’utilisation de résultats scientifiques par le ministre. D’abord parce que "les neurosciences ne s’intéressent pas aux pratiques enseignantes et ne les étudient pas" alors que le ministre s’appuie sur elles pour imposer ses vues. Il "laisse confondre deux choses différentes : prendre appui sur les neurosciences et fonder une politique scolaire sur des données probantes... La science a des choses à dire mais elle ne fait pas la classe".

A l’appui de ses déclarations, Roland Goigoux fait appel à des textes de F Ramus , par exemple cet article très explicite sur la neuroéducation. " On peut considérer que se réclamer des neurosciences pour guider les pratiques pédagogiques est contre-productif. Les enseignants ont sans aucun doute besoin de connaissances scientifiques plus à jour sur les apprentissages de leurs élèves et sur l’efficacité relative de différentes pratiques pédagogiques, mais ces connaissances sont fournies par la psychologie et les sciences de l’éducation. Faire passer les résultats sur l’apprentissage de la lecture ou sur la mémorisation pour des résultats des neurosciences, passé un neuroenchantement transitoire, engendre méfiance et défiance, et risque de ce fait de faire échouer l’intégration de ces résultats cruciaux au sein de la formation des enseignants", écrit F Ramus.

Roland Goigoux utilise aussi des déclarations de Stanislas Dehaene pour mette en évidence le fait que les neuroscientifiques ne connaissent pas grand chose à l’Ecole...

La science et les normes

Il y a aussi les outils développés par le ministère . A commencer par le Guide orange, publié par la Degsco "en court-circuitant le conseil scientifique", précise Roland Goigoux. "Ce guide est abusif. Il faut dire aux sciences ce qu’elles ne disent pas". Il montre aussi que le guide pêche par omission , par exemple en parlant beaucoup du décodage et pas de l’encodage, aussi important pour apprendre à lire. "Le ministère a transformé en normes des résultats de mon étude", relève Roland Goigoux. "Depuis quand l’évidence transforme une étude en normes ?".

Le rôle des évaluations nationales

Enfin il y a les évaluations nationales de CP et CE, sur lesquelles Roland Goigoux insiste car elles résument bien la situation.

Pour lui, les évaluations instaurent un nouveau mode de pilotage mis en place par JM Blanquer. Puisque les programmes et les évaluations finales ne réussissent pas à imposer des pratiques aux enseignants, le ministre a décidé d’agir par les outils et des méthodes imposées. Les évaluations de rentrée en CP vont être suivies d’évaluations en février. Celles ci ont été conçues en faisant appel à la psychologie expérimentale sans l’adapter à la situation scolaire.

Les évaluations sont faites pour mettre en évidence les 15% d’élèves faibles. Les enseignants devront expliquer aux parents les résultats mais surtout ce qu’ils vont faire en remédiation. Le ministère a publié déjà des outils de remédiation qui vont être imposées par les inspecteurs et par le contrôle parental. "C’est une méthode de gouvernance très réfléchie", explique Roland Goigoux.

Les évaluations vont permettre de "réguler l’activité du maître et des équipes de circonscription en exerçant une pression accrue sur les enseignants". Elles permettront aussi d’évaluer individuellement chaque enseignants dans l’optique d’une rémunération au mérite.

Un modèle importé

Roland Goigoux montre que le modèle suivi par le ministère est celui de l’Ontario. Les élèves faibles sont pris 45 minutes par jour par l’enseignant pour travailler la langue et les maths. Cela se fait au détriment des autres matières. Stanislas Dehaene invite d’ailleurs à prendre ces enfants en fond de classe et à les faire travailler sur tablettes pendant que leurs camarades font de l’histoire ou des sciences.

Pour Roland Goigoux, l’Ecole est menacée de caporalisation alors que partout ailleurs règne le management collaboratif. "L’enjeu c’est l’hégémonie des idées du conseil scientifique créé par JM Blanquer sur nos métiers".

En conclusion de la journée, le SNUipp-FSU appelait les enseignants à se réunir. "Il en faut pas se laisser isoler avec les dispositifs de prime qui individualisent. Sachons nous indigner collectivement. Les choses peuvent bouger".

L’Ecole a déjà vécu une tentative de cet ordre sous G de Robien où le ministre avait lâché les parents sur les enseignants. Cela avait échoué et pourtant JM Blanquer était déjà aux commandes. Une des clés sera la capacité des enseignants à apporter des réponses aux attentes des parents sur la réussite scolaire.

 

13 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin, tous droits réservés.