www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin

Vous êtes actuellement : Carrière  / Salaires et indemnités  

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum

Documents joints

4 janvier 2020

Compensation, revalorisation : Quand ? Comment ? Pour qui ?

JPG - 127.6 ko
manif17 décembre 2019

Le 13 décembre, Jean-Michel Blanquer a ouvert des négociations qui devraient se poursuivre jusqu’en juin 2020.

JPG - 1.4 Mo

Le lundi 16 décembre, le ministre de l’éducation nationale, a reçu les représentants du SNUipp-FSU (premier degré) et SNES-FSU (second degré), majoritaires chez les enseignants.

Le Ministre a été peu convaincant même s’il a été prêt à « donner des gages » et à « accélérer le calendrier ». Ces négociations devraient arriver à des premières mesures en janvier 2021.

Des calculs imprécis

Le ministre a réaffirmé que l’enveloppe globale de la revalorisation salariale tournerait autour de « 10 milliards d’euros » à raison de « 400 à 500 millions par an, mais pas forcément de manière linéaire ». Une façon de l’« adapter selon les besoins, en fonction des simulations qui seront faites pour chaque génération ». Cette enveloppe budgétaire s’échelonnerait entre 2021, date des premières revalorisations, et 2037.

Une solution simple existe pourtant !

Il y aurait un moyen très simple de garantir des augmentations pour tous avec la remise à plat des grilles indiciaires.

Car si cette loi de programmation rend les choses un peu plus tangibles, l’étalement des compensations jusqu’en 2037 reste inquiétant. Cela nous met à la merci des gouvernements suivants, qui pourront refuser de budgéter cette loi. Alors qu’avec la remise à plat des grilles indiciaires la garantie d’une augmentation pour tous est à portée de main.

La FSU refuse que la revalorisation ne concerne qu’une catégorie ou qu’une partie des personnels. Nés avant ou après 1975...tous les enseignants et plus globalement tous les personnels doivent être revalorisés !

Tout est possible... le meilleur comme le pire !

La FSU, a également insisté sur la crainte de voir les primes de revalorisation « indexées » sur de « nouvelles missions ». Jean-Michel Blanquer a insisté à plusieurs reprises dans les médias sur « l’occasion » que représente cette réforme pour « repenser » les ressources humaines de l’éducation nationale… Sur ce point, nous n’avons pas de garanties car le ministre a dit vouloir travailler sur des primes pour tous, mais aussi sur les carrières. En somme, tout est ouvert… mais pour le meilleur et pour le pire.

Par ailleurs, les femmes ont actuellement des taux de primes largement inférieur à ceux des hommes ; elles subiraient donc de plein fouet les effets de la réforme. Pour autant, il n’y a toujours rien sur la table sur cette question cruciale.

Enfin, quid des fins de carrière des enseignants qui travailleront de plus en plus tard avec des conditions de travail qui continuent à se dégrader ?

Le flou persiste toujours !

Les nouvelles grilles indiciaires en vigueur au 1er janvier 2020 sont dans notre guide carrière en page 3

A lire ici : http://67.snuipp.fr/spip.php ?article3548

Et pendant ce temps... des indemnités sont relevées pour les emplois fonctionnels

Le JO du 20 décembre publie de nouvelles grilles d’indemnité de fonctions pour les emplois fonctionnels, c’est à dire les Dasen, secrétaires généraux, conseillers de recteur etc.

Aux grilles existantes, situant l’indemnité entre 4000 et 40 000 € (annuel) , s’ajoute maintenant un "groupe supérieur" qui peut faire monter l’indemnité à 51 760 €.

Tout le monde n’est pas aussi maltraité que les enseignants du premier degré !

Tous dans l’action le 9 novembre...lire ici : http://67.snuipp.fr/spip.php ?article4776

 

35 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin, tous droits réservés.