www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin

Vous êtes actuellement : Carrière  / Retraites 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
12 janvier 2020

Retraites à points et "âge pivot" : Sorti par la porte, il revient par la fenêtre !

JPG - 87 ko
Vivre la retraite

En retirant de façon provisoire la mesure d’âge pour équilibrer le système actuel, le Premier ministre fait croire à un compromis.

Mais dans les faits, il a bien sauvé le maintien de l’âge pivot dans le régime à points.

Si l’âge-pivot présent dans l’article 5 du projet de loi a disparu, le deuxième âge-pivot est toujours présent dans l’article 10 !

Décryptage du tour de passe-passe qui ne dupera que les naïfs !

Après avoir annoncé la création d’un « âge pivot » pour avoir le droit de partir avec une retraite à taux plein, une mesure destinée à rétablir l’équilibre financier de l’assurance vieillesse, Edouard Philippe a fini par retirer la mesure.

Dans une lettre adressée aux partenaires sociaux après une nouvelle semaine de discussions, le chef du gouvernement s’est dit « disposé à retirer du projet de loi la mesure de court terme que j’avais proposée, consistant à converger progressivement à partir de 2022 vers un âge d’équilibre de 64 ans en 2027 ».

Mais le chef de gouvernement met simplement son mécanisme de côté en attendant que les organisations syndicales et patronales lui proposent autre chose. Donc pas forcément pour l’abandonner.

Les « travaux » auront pour cadre une « conférence de financement » très "encadrée" ! L’exécutif a déjà annoncé qu’il n’acceptera pas d’accord qui entraînerait une « baisse des pensions » ou une « hausse du coût du travail ». Dernière précision et non des moindres : « Dans l’hypothèse où un accord ne pourrait intervenir, le gouvernement […] prendra par ordonnances les mesures nécessaires pour atteindre l’équilibre d’ici 2027 et financer les nouvelles mesures de progrès social. » « Je pense toujours que l’âge pivot est la meilleure façon d’y parvenir », a fait valoir Edouard Philippe.

En cas d’échec des partenaires sociaux, le message est clair ! : « Le gouvernement ne laissera pas passer un projet de loi qui ne prévoirait pas les mesures de remise à l’équilibre du système en 2027. »

Ce « compromis » ne coûte finalement pas très cher au Premier ministre.

Le deuxième "âge pivot" figure toujours dans le texte gouvernemental !

Si le mécanisme visant à rétablir les comptes de l’assurance vieillesse est bien « retiré » du texte, il reste, dans le projet de loi, un autre âge pivot : celui qui permettra, dans le système universel, de maintenir automatiquement l’équilibre.

Le Premier ministre a précisé que le principe de cet autre « âge d’équilibre » n’est pas négociable. Cet « âge d’équilibre » obligera les futures générations - y compris celles qui ont commencé tôt - à travailler plus longtemps puisqu’il sera fixé en fonction de « l’âge moyen » de départ constaté au moment de la bascule dans le futur système (autour de 64 ans) et évoluera en fonction de l’espérance de vie.

Ce dispositif avait déjà été préconisé par l’ancien haut commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye dans son rapport rendu en juillet. A l’époque, des syndicats avaient trouvé la mesure « injuste » et « stupide ». En leur mettant sous le nez, entre-temps, un autre âge pivot en guise de chiffon rouge, Edouard Philippe a réussi à le leur faire oublier.

Un coup politique et un jeu de dupes. Qui ne dupera que les plus naïfs !

Ni dupes, ni naïfs ? Alors rendez-vous ici : http://67.snuipp.fr/spip.php ?article4840

 

30 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin, tous droits réservés.