www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin

Vous êtes actuellement : Carrière  / Salaires et indemnités  

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
27 janvier 2020

Revalorisation : Le mirage des 10 milliards...

Les 10 milliards sont-ils un mirage ? Apparus quelques temps dans la parole ministérielle, ils étaient absents des rencontres du 13 janvier avec les syndicats. A l’issue de la première journée de discussions sur la revalorisation, le 23 janvier, ils ont disparu.

Cerise sur le gâteau : l’avis du Conseil d’Etat du 23 janvier sur le texte gouvernemental !

Avis très sévère du Conseil d’État sur la réforme des retraites qui estime ne pas avoir eu le temps de « garantir au mieux la sécurité juridique » de la réforme et déplore des « projections financières lacunaires ».

- Et du côté des enseignants : Enfin, l’engagement de revaloriser les enseignants et des chercheurs via des loi de programmation est condamné à disparaître du texte car « ces dispositions constituent une injonction au gouvernement de déposer un projet de loi et sont ainsi contraires à la Constitution ».

JPG - 1.4 Mo

La perspective 2037 se retrouve limitée à 2026 ! Le gouvernement sera bien en peine d’augmenter d’ici là de 10 milliards la masse salariale. Alors que la réforme des retraites est lancée depuis 4 mois, le gouvernement semble ne pas avoir de solution pour trouver les montants importants nécessaires à la revalorisation des enseignants. En attendant de trouver une solution, ou faute de volonté d’en trouver,le ministre promène les enseignants et multiplie les réunions "techniques" !

Revalorisation...le "gros mot" à ne pas prononcer !

Cette première journée de discussions sur la revalorisation des enseignants aurait pu être l’occasion de poser des montants et un calendrier. Il n’en a rien été. Cinq thèmes ont été abordés, concernant le premier degré :

- Le temps devant élèves,
- L’accompagnement des élèves,
- La relation avec les familles ,
- La continuité du service public
- Les nouvelles missions des enseignants.

Ces sujets qui sont au cœur de notre métier restent très éloignés de l’urgence de la revalorisation et la nécessité d’apporter des garanties aux enseignants sur le montant de leur retraite.

Le tour de "passe-passe"...mode d’emploi !

La loi de programmation sur la revalorisation des enseignants, qui est mentionnée dans l’article 1 de la loi sur les retraites, ne couvrira que les années 2022 à 2026. On discute donc d’une revalorisation de 500 millions au budget 2021, puis d’une loi de programmation qui fixera des montants jusqu’à 2026.

L’objectif de 10 milliards atteint par accumulation en 2037 , qui semblait inatteignable n’est même plus évoqué. Et on ne voit pas le gouvernement augmenter les salaires des enseignants de 10 milliards d’ici 2026. Pour la période de 2027 à 2037, l’engagement public ne serait mentionné que dans un rapport annexé à la loi de programmation, un document qui n’a pas la valeur d’une loi.

Chèque en blanc et procrastination

A l’issue de cette première réunion de négociations, Régis Metzger, co-secrétaire général du SNUipp-FSU a indiqué :

"On alerte sur le fait que tout semble remis en cause. On a l’impression que le ministère n’a pas grand chose à nous dire. On n’a même pas réussi à leur faire dire ce qui se cache derrière leurs questions. C’est comme si le gouvernement ne pense pas arriver à la revalorisation nécessaire. Le déclassement salarial des enseignants est maintenant révélé. Mais le gouvernement appuie sur le frein car il ne sait pas s’il a les moyens de répondre aux engagements donnés".

Le ministère écoute les syndicats. En attendant...Godot ?

Les syndicats et les directions du Ministère se retrouvent pour parler du climat de défiance, des conditions de travail dégradées, des injonctions pédagogiques, du besoin de revalorisation.

Le SNUipp-FSU a demandé, comme premier geste, une prime d’équipement pour les enseignants et le triplement de la prime ISAE.

Cette première réunion a beaucoup ressemblé aux précédentes : le ministère écoute les organisations syndicales mais ne dit pas grand chose. Il y aura prochainement une réunion bilatérale avec le SNUipp-FSU, premier syndicat de la profession. Puis les 28 et 29 janvier il sera question des carrières avec probablement des éléments concrets sur le versement des 500 millions.

Pour Régis Metzger, "les collègues ont raison de rester inquiets et dubitatifs et de continuer à montrer leur opposition à la réforme des retraites".

On continue...ici : http://67.snuipp.fr/spip.php ?article4880

Plus que jamais, on signe la pétition en ligne "Je suis 0,1%", ici : http://67.snuipp.fr/spip.php ?article4904

Bientôt 100 000 signatures sur 800 000 enseignants ? Chiche !

 

56 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin, tous droits réservés.