www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin

Vous êtes actuellement : Ecole et société  / Faits d’actualité, positions du SNUipp et de la FSU  

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum

Documents joints


  • 2020_04_02 - Compte rendu de la visioconférence SNUipp-FSU67 - DASEN
    PDF - 96.5 ko
    Télécharger
10 avril 2020

Compte rendu de la visioconférence SNUipp-FSU67 - DASEN du jeudi 2 avril 2020

PNG - 118.9 ko

Le SNUipp-FSU67 a demandé une audience à la DASEN pour avoir des réponses aux nombreuses questions que se posent les collègues. Nous avons pu nous entretenir avec Madame Bazzo, DASEN, jeudi 2 avril, en visioconférence et obtenu des réponses plus précises sur de nombreux sujets :

  • Sur la continuité pédagogique
  • Sur la carte scolaire
  • Sur le Mouvement
  • Sur les M1 et M2 / CRPE

Compte-rendu de l’audience en visioconférence du 2 avril 2020 avec Madame BAZZO, DASEN du Bas-Rhin - c’est ici

PDF - 96.5 ko
2020_04_02 - Compte rendu de la visioconférence SNUipp-FSU67 - DASEN

---

Sur la continuité pédagogique :

  • Pour le SNUipp-Fsu 67, la formule de continuité pédagogique n’est pas adéquate. Enseigner est un métier, la pédagogie s’exerce en classe, elle n’est pas dévolue aux parents. Le travail envoyé aux élèves ne doit pas augmenter la fracture sociale à l’issue du confinement. Aborder de nouvelles notions à distance risque d’être fort discriminant pour les enfants des milieux populaires. Les enseignant·e·s fournissent un travail extraordinaire, sans compter leurs heures et souvent bien au-delà de leur temps de service alors même qu’elles et ils doivent s’occuper de leurs propres enfants. Dans ce contexte, le SNUipp-FSU 67 réclame le droit aux vacances pour tous les élèves comme pour tous les personnels.

Dasen : Même à distance c’est encore de la pédagogie, cela reste un acte professionnel. On est dans des circonstances particulières. Chez les enseignants il y a eu un premier élan positif. Cela s’est traduit par un volume de travail effectué par les enseignants puis demandé aux élèves assez conséquent. Il est très important qu’ils ne s’épuisent pas et il en va de même pour les administratifs et les équipes autour des inspecteurs. Les personnes à temps partiel dépassent largement le temps de travail en ce moment. L’administration appelle à la modération car les enseignants doivent aussi s’occupent de leurs enfants et ont parfois en plus la charge de malades. Tous doivent donc se préserver pour durer car sinon on s’expose au risque de perdre élèves et professeurs. L’élan de départ doit se calmer, les familles n’arrivent pas à suivre. Plus que des notions nouvelles, il faut surtout conforter l’existant.

  • Certaines familles ne répondent plus parce qu’elles sont submergées, dépassées ou juste accaparées par leur travail et le confinement, alors que les enseignants mettent tout en œuvre pour conserver le lien.

Dasen : Il y a des familles qui ne répondent plus à rien, le partenariat avec la poste peut l’améliorer mais pas pour toutes les familles.

  • Et pendant les congés scolaires ?

Dasen : Il n’y aura que du volontariat, pour les élèves comme pour les enseignants car ils ont besoin de souffler, il n’y aura pas d’injonction. Il faut faire en sorte que ce soit possible pour tous les acteurs.

  • Et les collègues en difficulté ?

Dasen : On peut se tourner vers la MGEN qui a redéployé le réseau PASS.

  • Certain·e·s volontaires suivent leur classe et interviennent pour l’accueil des enfants de soignant·e·s. Le risque est grand qu’ils et elles s’épuisent. Nous vous demandons de veiller au roulement des collègues volontaires, si possible sur des demi-journées, également dans le but de moins les exposer.

Dasen : Il faut s’assurer du roulement des volontaires, le message est passé. Cette gestion des personnels ne peut pas se faire au niveau départemental, c’est à l’échelle de la circonscription que cela doit se régler. Il y a plus de volontaires que de personnes employées actuellement.

  • Et le LSU du 2eme trimestre, a-t-il un sens ?

Dasen : Ce qui a trait à l’évaluation n’est pas prioritaire en ce moment, la priorité doit être donnée à l’élève, au lien avec lui et à son bien-être plutôt qu’à l’évaluation. Certains parents peuvent attendre un retour sur le travail de leur enfant mais ça ne peut pas prendre la forme du livret scolaire LSU que nous connaissons, mais sous une autre forme, compte-tenu de la période de confinement.

  • AFFELNET : Les familles doivent se positionner sur les orientations, il faut repousser les délais pour laisser le temps aux familles.

Dasen : Un délai supplémentaire est donné jusqu’au 17 avril, les IEN veilleront à diffuser l’information aux écoles et aux parents via la DIVEL.

  • Attention aux GAFAM qui collectent les données personnelles des familles sur les applications utilisées parfois pour le télétravail. L’impréparation de l’éducation nationale a conduit les collègues à utiliser les plateformes privées qui fonctionnaient mieux que les outils mis à disposition. Ce faisant, ils et elles ne respectent pas la loi.

Dasen : Oui il y a un problème avec la RGPD, il faut rappeler aux IEN d’utiliser les outils nationaux plutôt que les solutions WhatsApp ou Face book. La classe virtuelle du CNED est un outil national qui fonctionne très bien à présent.

  • Dans certaines écoles il est demandé aux enseignants de remplir des tableaux recensant leurs supports d’enseignement, le nombre d’envois aux familles, le nombre de contacts établis avec elles… en plus de l’enquête flash pour « recenser » les familles non-répondantes. Ces demandes sont exorbitantes et ajoutent au stress donc aux risques psycho-sociaux. Elles sont aussi intrusives envers les familles. Dasen : L’administration aussi est débordée par les enquêtes institutionnelles qui tombent chaque jour. L’enquête flash vise à comptabiliser les élèves que nous avons perdus. Tout autre tableau est inconnu des services. L’administration n’a fait aucune demande en ce sens. Cette remontée d’envois pédagogiques aux écoles n’est pas une demande institutionnelle. (NDLR : puisque ces tableaux n’existent pas, personne n’est obligé de les remplir !)

Sur la carte scolaire

  • Le SNUipp a demandé un moratoire sur les fermetures au niveau national en raison du manque de transparence. La situation liée du covid-19 ne permet ni aux organisations syndicales ni aux citoyens de s’opposer aux fermetures de classe en organisant des rassemblements. Enfin nous réaffirmons la demande de moratoire sur les ouvertures en bilingue à cause du manque chronique d’enseignants dans la discipline.

DASEN : On ne profitera pas de la situation. Le CTSD se tiendra le 9 avril. La carte scolaire sera très atypique cette année. Cela se fera a minima en ce qui concerne les fermetures, et selon les priorités nationales l’ASH sera renforcé. On n’ira pas chercher à supprimer des postes quand les syndicats ne peuvent pas jouer leur rôle.

  • En Rep et Rep+ : y a-t-il un seuil de fermeture pour les classes dédoublées ?

Dasen : S’il y a une perte d’effectifs très importante, oui il y aura fermeture de cp/ce1 dédoublés et ceci pour maintenir l’équité entre les cp/ce1 et les autres classes. 9 élèves c’est trop peu. C’est la rénovation urbaine qui entraine des baisses d’effectif très importantes et de manière définitive dans certains quartiers.

  • Quid des dotations supplémentaires ?

Dasen : Pour l’instant aucune idée, ni combien ni quand…

Sur le Mouvement

  • Nos collègues ont besoin de connaître le calendrier et les modalités du mouvement pour se projeter vers l’avenir. Il faut pouvoir penser son mouvement. Les organisations syndicales ont besoin d’être dans la boucle pour guider et rassurer les collègues dans ce moment anxiogène. Lors d’une visio conférence, la DGRH a assuré au SNUipp National qu’elle demanderait aux DGR académiques d’avoir une attention particulière dans les échanges avec les représentants du personnel et dans la transmission des documents pour assurer la transparence des opérations.

Dasen : Nous nous inscrivons dans la loi du 6 août (NDLR : Loi Dussopt, qui réforme la Fonction Publique et qui, entre autres, fixe de nouvelles règles au paritarisme, notamment en excluant les représentants des personnels des instances paritaires). Si de telles instructions nous arrivent, nous en tiendrons compte.

  • Nous vous demandons que les services et l’administration échangent avec les représentants des personnels pendant le mouvement du fait de la situation particulière liée au confinement.

Monsieur Bernard : Le mouvement sera tardif, les serveurs ouvriront le 14 mai. La circulaire est rédigée et va être envoyée en fin d’après-midi pour signature, elle va ensuite être envoyée au plus vite aux écoles. La circulaire sera la même que l’an passé, il n’y a pas de volonté de tout modifier chaque année. Il faut ajuster le nombre de titulaires de zone.

  • Qu’en est-il du suivi des personnels ? Suivi des allègements de service, des postes adaptés, des certifications UPE2A, des congés de formation, des temps partiels, des demandes de disponibilité, de la liste d’aptitude aux fonctions de direction, des demandes d’INEAT et EXEAT ? Les collègues doivent être informés. Monsieur Ladaique : Tous les temps partiels sont instruits en ce moment. Toutes les demandes de disponibilité ont été accordées et il y en a eu beaucoup à signer, enfin les personnels ont reçu les arrêtés les concernant avant le confinement. Pour les postes à profil et à exigences particulières, des visioconférences auront lieu pour sélectionner les candidats. Pour les allègements de service, la circulaire de novembre reste en vigueur, il y aura demain, vendredi 3 avril, une visioconférence avec les médecins et les assistantes sociales qui ont déjà classé les candidats aux allègements selon leurs points de priorité. Il n’y pas encore de calendrier pour les postes adaptés. Les directeurs inscrits sur liste d’aptitude ont été informés à titre personnel.

M1 + M2

  • Comment va se passer la titularisation des fonctionnaires stagiaires ? Le SNUipp-FSU demande de la bienveillance et la validation par contrôle continu sans visite de l’IEN en tenant compte des rapports de stage.

Monsieur Ladaique : C’est effectivement ce qui se profile, nous recevons les remontées des tuteurs. Le texte tel qui est prévu, permet à la présidente de jury de valider les fonctionnaires stagiaires sans visite de l’IEN. C’est une option qui peut être décidée.

Et le CRPE ?

Dasen : Nous attendons les annonces du Ministre qui ne devraient pas tarder.

 

53 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin, tous droits réservés.