www.snuipp.fr

SNUipp-FSU du Bas-Rhin

Vous êtes actuellement : Archives  / Archives AE, AVS, EVS  / AE, EVS, AVS avant 2008 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
29 février 2008

Aides éducateurs, assistants d’éducation, EVS, et après ? Mai 2007

Ainsi en 1997, la création des emplois-jeunes partait de l’hypothèse que de nouveaux métiers étaient susceptibles de répondre à des besoins nouveaux tout en aidant des jeunes à entrer sur le marché du travail. A l’Education nationale, les aideséducateurs en ont fait la démonstration (BCD, informatique, activités éducatives, fonctionnement). La précarité de ces emplois sous contrat privé de 5 ans maximum a été largement dénoncée car leur pérennisation était exclue.

En 2003, pour mettre fin au statut des MISE, une loi met en place le dispositif des assistants d’éducation sous contrat public renouvelable 3 ans, avec trois catégories : - les assistants d’éducation recrutés par les EPLE, surtout dans des secteurs difficiles, pour la lutte contre l’illettrisme ou l’aide dans les Clis et Upi (AVS-Co), - ensuite les auxiliaires de vie scolaire individuels (AVS-i) recrutés par les IA, - enfin récemment, les assistants pédagogiques. Les conditions contractuelles n’ont cessé de se dégrader : passage d’office du plein temps à des temps partiels, absence de formation (due pour les AVS-i), non remboursement des frais de déplacement, etc.

En 2005, le ministère de la cohésion sociale met en place, via l’ANPE, de nouveaux contrats aidés. Dès la rentrée 2005, 42 000 emplois de vie scolaire (EVS) se partagent en 39 000 contrats d’accompagnement à l’emploi (CAE) pour la transformation des CEC/CES et environ 3 000 contrats d’avenir (CA ou CAV). Environ 7500 contrats concerneraient déjà les écoles. Le protocole « direction » ne fait que formaliser l’organisation au sein de l’école des 5o oo contrats et Av supplémentaires qui devraient être recrutés. La question de la nature de ces emplois et de l’avenir proposé aux futurs EVS est un vrai problème.

Une circulaire interministérielle du 3 avril 2006 définit que les EPLE seront « juridiquement les employeurs des salariés », recrutés parmi les bénéficiaires des minimas sociaux d’état (ASS, API, AAH) et du RMI. La durée de ce contrat privé passe de façon dérogatoire de 24 à 10 mois se limitant à l’année scolaire 2006-2007 : 26 heures hebdomadaires payées au SMIC (environ 900 euros). Les missions sont définies dans 2 fiches de poste : assistance administrative et aide à la scolarisation des élèves handicapés. Par ailleurs « les actions d’accompagnement et de formation professionnelle font partie intégrante du contrat d’avenir » [1] , aspects jamais abordés jusqu’ici.

Quant au recrutement, quand les écoles en expriment le désir, le SNUipp demande la création de commissions départementales, sous la responsabilité de l’IA pour assurer la transparence et le respect des procédures. Il invite aussi les enseignants et directions à ne pas participer au recrutement des EVS dans les écoles.

[1] circulaire DAF/C2 DGEFP du 29 juillet 2005

 

10 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU du Bas-Rhin, tous droits réservés.