www.snuipp.fr

SNUipp-FSU du Bas-Rhin (67)

Vous êtes actuellement : Archives  / Archives ACTIONS  / Agenda 2010/2011  / Congrès 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum

Documents joints


  • Déclaration de Gérard Aschieri au congrès de Lille : extraits
    PDF - 12.6 ko
    Télécharger
17 février 2010

La FSU a tenu son congrès National à Lille du 1er au 5 Février 2010

Une professeure des écoles à la tête de la FSU...

Et pour en savoir plus sur le congrès lui-même, rendez-vous ICI...

« Nous ne saurions être les thuriféraires du statu quo. Mais le mouvement syndical a besoin de voir que l’orientation générale qui est mise en œuvre par le gouvernement est caractérisée d’abord par le renoncement à un service public qui assure partout et pour tous une éducation de qualité », a déclaré Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU, en ouverture du sixième congrès de la fédération qui se tient à Lille. Vous pouvez lire quelques extraits de la déclaration et les prises de position actuelles de la FSU.

Bernadette Groison, nouvelle secrétaire générale de la FSU, succède à Gérard Aschieri

Bernadette Groison a été élue secrétaire générale de la FSU par le CDFN (Conseil Délibératif Fédéral National) pour un mandat de trois ans renouvelable, vendredi 5 février 2010, lors du sixième congrès de la FSU qui se tenait à Lille depuis lundi 1er février. Elle succède à Gérard Aschieri qui occupait ce poste depuis 2001. Bernadette Groison, 48 ans, est professeur des écoles depuis 1987 et membre du Snuipp-FSU. Elle enseigne un jour par semaine en maternelle à Montrouge (Haut-de-Seine).

Elle souhaite faire évoluer la FSU en « une force de proposition incontournable », tout en essayant de « redonner confiance aux personnels dans l’action collective ».

Elle n’exclut pas l’idée qu’il va « peut-être falloir trouver des formes de mobilisation plus rassembleuses que la grève ou la manifestation »... Mais « au-delà de la forme de mobilisation adoptée, il lui semble indispensable de gagner en crédibilité auprès des personnels qui n’ont plus foi en l’action syndicale ».

Pour Bernadette Groison, « la FSU a toujours porté l’unité, car le « u » ne signifie pas « unique » mais « unitaire ». »

Le premier chantier auquel elle souhaite s’atteler est celui « des retraites. Mais aussi le lycée, car le combat n’est pas terminé, et, bien sûr, la réforme de la masterisation. Sans compter tout ce qui touche aux services publics, la protection sociale, la fiscalité et plus largement la vie syndicale. »

 

16 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU du Bas-Rhin (67), tous droits réservés.