www.snuipp.fr

SNUipp-FSU du Bas-Rhin (67)

Vous êtes actuellement : Archives  / Archives IUFM, Formation continue, Concours  / IUFM, Formation continue, Concours 2010  / Formation du personnel enseignant 2010 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
27 mai 2010

Conseil supérieur de l’éducation : la formation à la va-vite ? Mai 2010

Le ministère a présenté 2 textes au CSE :
- un arrêté « portant définition des compétences à acquérir par les professeurs... pour l’exercice de leur métier »
- et une circulaire sur les stages des étudiants et des professeurs stagiaires.

Le rejet unanime de l’ensemble des organisations a conduit au boycott de la séance du 6 mai. Celle-ci a été reportée au 12 mai. Au-delà de la demande d’abandon de la réforme, un certain nombre d’exigences ont été réaffirmées.

Concernant la circulaire, nous avons rappelé la nécessité d’affirmer le rôle des personnels des IUFM et l’ancrage universitaire et professionnel de la formation, le besoin d’une formulation claire du 1/3 temps dans le temps de service sans laisser de place à une autre interprétation. Enfin, a été demandée la suppression des deux références aux comportements violents qui n’ont pas leur place dans un texte aussi court.

Concernant l’arrêté, la disparition du cahier des charges au profit du seul référentiel de compétences (annexe au cahier des charges depuis 2006) a été dénoncée de manière unanime. Le SNUipp a rappelé l’importance du référentiel de compétences des enseignants commun au 1er et 2nd degré. Il a présenté des propositions pour affirmer le rôle de la formation dans la construction des compétences professionnelles et pour y introduire la notion de travail en équipe ainsi que le rôle des personnels spécialisés (et la mention des Rased). A notre initiative, convergente à celle du SE, l’administration a accepté de modifier une formulation inappropriée (« est capable de participer à la conception des aides spécialisées »). Sur tout le reste elle a montré sa volonté de ne rien modifier à ce texte malgré ses graves imperfections et tous les amendements proposés, votés majoritairement par le CSE, ont été rejetés.

En conséquence, le texte sur le référentiel de compétences n’a recueilli que 2 voix (24 contre, 8 abstentions, 13 refus de vote).

Comme l’a dit le SNUipp dans sa déclaration, ces textes « indigents » ne font pas honneur à notre école. Ils montrent le désengagement du ministère dans la formation des enseignants.

VOICI CI-DESSOUS L’INTERVENTION DU SNUIPP AU CSE

Le SNUipp rappelle son opposition à la réforme de la formation telle qu’elle est déclinée par le ministère.

Il dénonce une conception de la formation basée sur une succession dans le temps des apprentissages disciplinaires et professionnels, et une vision d’un apprentissage du métier qui se réduit à un compagnonnage par ailleurs très mal défini et sans véritables moyens. S’il se félicite du maintien du dispositif des maîtres formateurs, il considère que ces derniers ne pourront à eux seuls assurer la formation des futurs enseignants, et c’est de l’ensemble des équipes de formateurs des IUFM dont la formation a besoin.

Le SNUipp n’a eu de cesse de demander que les textes concernant la réforme de la formation des enseignants soient examinés par le CSE, ce qui n’a pas été systématiquement le cas.

Aujourd’hui deux textes nous sont enfin présentés dans cette instance :
- un arrêté se limitant au référentiel de compétences des enseignants,
- une circulaire en application de l’arrêté.

Cependant, nous dénonçons le morcellement de la réforme : les textes ont été présentés au fil des mois sans que la réflexion ne permette une construction cohérente sur l’ensemble du dispositif.

Concernant ces textes, nous voulons souligner d’abord le maintien d’une orientation sur la formation des enseignants que nous dénonçons depuis deux ans : la formation des enseignants est une question trop importante pour la qualité du système éducatif, pour la réussite des élèves, pour l’avenir de l’École, pour que nous puissions accepter une formation construite sur une vision réductrice et erronée du métier et de son apprentissage : le ministère a renoncé à une véritable formation professionnelle en alternance et les choix semblent encore et toujours guidés par les économies visées et non les besoins des futurs enseignants et des écoles.

La succession des formations disciplinaires (en master) et professionnelles (pendant l’année de stage) ne répond pas au modèle de formation progressif et en alternance que nous défendons.

Les deux textes présentés sont marqués particulièrement par leur indigence et leur manque d’ambition. La disparition du cahier des charges est inquiétante et inacceptable. L’absence de toute référence aux IUFM est également un très mauvais signal.

Le seul référentiel de compétences, même s’il donne à voir la complexité du métier d’enseignant, ne peut à lui seul suffire à déterminer les formations. Nous arrivons à une situation où l’État se désengage de toute exigence sérieuse quant à la formation des futurs enseignants et où l’absence de cadrage national va provoquer l’éclatement des formations. Le référentiel de compétences est lui-même modifié de manière restrictive sur certains aspects : l’accent mis sur la gestion de la violence est décalé par rapport à l’ensemble des aspects nécessaires à la construction des futurs citoyens.

Le manque de référence aux connaissances du développement de l’enfant est aussi déontologiquement une erreur.

Pour finir, faire réussir tous les éléments dans leur diversité est complexe et nécessaire. La précipitation, le morcellement, le modèle successif, la disparition des IUFM et des formateurs compétents, la mise en situation brutale des stagiaires devant les élèves… ne favorisent pas cette réussite de tous. Nous le répétons « enseigner est un métier qui s’apprend ». Ces textes n’y répondent pas.

Les amendements que nous proposons sont, a minima, des modifications nécessaires sur le référentiel proposé. Nous n’en continuons pas moins de penser et demander un abandon de cette réforme si mal engagée, et une remise à plat complète.

 

8 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU du Bas-Rhin (67), tous droits réservés.