SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin
http://67.snuipp.fr/spip.php?article4820
Suicide de Christine Renon : le lien avec le travail reconnu et le déni et le mépris de l’administration aussi !
dimanche, 12 janvier 2020
/ SNU67

Christine Renon, directrice d’une école maternelle de Pantin (93), s’est suicidée le 21 septembre dernier.

Sa disparition a suscité un émoi sans précédent dans la profession enseignante et au-delà. Elle a laissé un courrier bouleversant et sans ambiguïté pour expliquer les motifs de son geste.

Ce courrier faisait état de la difficulté d’une directrice d’école à faire face aux multiples tâches du quotidien, dont certaines bien éloignées des missions qui lui avaient été confiées et responsables de la perte de sens de son métier d’enseignante.

Depuis, et face à l’administration, les représentants des personnels ont porté haut et fort la nécessité pour l’Éducation nationale de mettre tout en œuvre pour prévenir les actes suicidaires et éviter que de tels drames se reproduisent.

L’inspecteur d’académie Seine-Saint-Denis a accédé à la demande de reconnaissance de « l’imputabilité au service » du suicide de notre collègue, c’est-à-dire son lien avec l’organisation institutionnelle du travail.

Ce qui n’empêche pas le n° 2 du Ministère (Le DGESCO) de tenir des propos choquants !

Il a ainsi déclaré :

- "Quand un drame a lieu dans une école il y a présomption d’imputabilité au service".
- "Cette jurisprudence s’applique à n’importe quel accident par exemple si je tombe dans l’escalier"...

Il fallait oser ! Christine Renon avait terminé sa lettre par ces mots :

"Je remercie l’institution de ne pas salir mon nom"

Chacun jugera !

Le ministère doit aujourd’hui prendre ses responsabilités sur la dégradation des conditions de travail des personnels et les risques psychosociaux auxquels ils sont exposés, seule condition pour prévenir l’épuisement professionnel et les actes suicidaires. Cela impose de questionner l’organisation du travail et plus globalement le sens du métier.

C’est ce que le SNUipp-FSU et la FSU porteront lors du premier groupe de travail sur la prévention des risques suicidaires au ministère de l’Éducation nationale.

Il y a urgence à améliorer les conditions de travail des directrices et des directeurs d’école, comme de tous les personnels de l’Éducation nationale.

©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin, tous droits réservés.