www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin

Vous êtes actuellement : Métier  / Direction d’école 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
20 mai 2021

Tests salivaires en fin de semaine : La garantie d’un weekend explosif pour les directions d’écoles !

Direction d’école et allègement des tâches...avec un peu de bons sens !

Avec un peu de bon sens, nos têtes pensantes éviteraient d’organiser des dépistages par tests salivaires la veille d’un Weekend ! C’est en effet la garantie d’un WE gâché pour le médecin scolaire et les directrices et directeurs d’écoles.

Comment en "baver" grâce à notre employeur...le témoignage d’une collègue directrice d’école dans le Bas-Rhin. Un Weekend à oublier !

JPG - 46.2 ko

---

Ce week-end férié de l’Ascension, j’ai été mobilisée pour l’école alors que j’étais partie en week-end prolongé à la campagne pour rendre visite à ma famille que je n’ai pas vue depuis Noël. Ce week-end était très attendu puisque nous n’avons pas vraiment eu de vacances à cause du confinement en avril/mai.

Cette mobilisation m’interroge : où et quand s’arrête notre fonction ? Que disent les textes ? Et surtout est-ce que les autorités se rendent compte que nous sommes mobilisés, sollicités tout le temps ? On se sent corvéables à merci sans aucune reconnaissance... J’ai l’impression que la hiérarchie compte tout le temps sur notre conscience professionnelle (et ils ont raison parce c’est le cas et ça fonctionne !). Nous n’avons aucune reconnaissance, aucune obligation non plus je pense mais nous faisons toujours plus tout le temps...

Voilà ce qui s’est passé : mercredi à 13h30, mes enfants, mon mari et moi avons pris la route pour aller à la campagne. Au bout de 2h de route, mon téléphone personnel (de toutes façons nous n’en avons pas de professionnel !) sonne. Je réponds : c’est une mère d’élève que je connais. Elle a mon numéro car nos enfants font des activités ensemble. Elle m’annonce à 16h que son fils scolarisé à l’école X ("mon" école ) est positif au test covid. Il nous reste 2h30 de route. Depuis la voiture, j’appelle l’IEN pour l’informer que je ferai le nécessaire pour avertir les familles de la classe concernée. Sur ce, j’appelle mes collègues (en or !) qui sont aussi en week-end (ou alors notre service est à assurer les mercredis et jours fériés aussi ?) pour leur demander d’envoyer un message aux familles via une application externe à l’Education Nationale qui est très pratique puisque... nous n’avons pas d’ENT pour communiquer un message aux familles.

Je précise que j’utilisais le mail pendant le confinement de l’année dernière mais la boîte mail plantait systématiquement quand j’envoyais à toutes les familles à la fois, et souvent le message arrivait en spam chez les familles. Donc l’application est vraiment très pratique puisque le message est publié et les parents peuvent avoir une notification dès qu’il y a un nouveau message. Je leur demande de bien vouloir s’assurer que tous ont vu le message quelques heures plus tard. L’IEN me demande de faire un mail à santé67 et au médecin scolaire et de transmettre les coordonnées des familles. En voiture, impossible à faire dans l’immédiat mais je lui dis que je le ferai dès que j’en aurai la possibilité. J’avais hésité à prendre mon ordinateur professionnel (qui n’a rien de professionnel puisqu’il n’est pas fourni par l’Éducation nationale mais c’est celui-là qui me sert exclusivement pour l’école) mais je ne l’ai pas pris : week-end famille/ repos sans écran .... En effet, dans cette maison de famille, il n’y a pas de box (elle n’est pas habitée et n’est qu’une maison de vacances) et les portables ne passent pas sauf ceux qui sont chez un opérateur bien précis... Donc la galère a commencé : se connecter en partage de connexion avec le téléphone portable d’un cousin justement chez cet opérateur mais qui a un forfait limité... Heureusement j’arrive à avoir accès au webmail de l’école et je recherche tant bien que mal les adresses mails du service santé67 et du médecin scolaire. Je lui pose des questions. Je réussis à recevoir la liste de classe de l’enfant grâce à une collègue qui est chez elle. Bref, malgré la galère, je fais ce qu’on m’a dit de faire le jeudi férié sachant que j’avais prévenu les familles (ce qui était primordial pour moi, le reste étant administratif). Toutes les familles sont prévenues, j’ai ma conscience pour moi.

Mais ensuite, j’ai dû avoir des échanges avec le médecin scolaire qui était elle en week-end à l’étranger avec une mauvaise connexion et sans ordinateur pro... Pas simple d’échanger mais on y arrive. La galère continue quand elle m’annonce que la classe en récréation avec la classe de l’enfant positif doit aussi fermer par mesure de précaution. Je fais de nouveau appel à mes collègues qui réagissent aussi et qui publient l’information sur l’application pour la 2ème classe. Le samedi, j’informe à mon tour les familles des décisions concrètes : fermeture jusqu’à jeudi 20/05, limiter les contacts, tests conseillés. Dimanche soir, j’appelle les familles qui n’ont pas vu le message.

Bref, tout ça pour dire : où et quand s’arrête notre boulot ? Je sais que la situation est exceptionnelle avec la crise sanitaire mais cela fait un an que c’est exceptionnel, qu’on nous demande beaucoup, toujours plus, tout le temps (ex : les nouveaux ou mises à jour des protocoles les veilles de rentrée...).

Et j’ai l’impression que l’on nous rajoute toujours des tâches, des missions, une charge mentale supplémentaire et, comme enseignants, directrices et directeurs ont une conscience professionnelle et une estime de leur mission, ils font. Dans le même temps, pour d’autres choses on nous contrôle, on vérifie (nos heures, ...) mais ces autres tâches et heures que l’on fait par conscience, on ne les reconnaît pas et on ne les prend jamais en compte.

Bref, c’était mon coup de gueule du retour de week-end, sachant que pour ma part, l’école en temps de crise (depuis 15 mois donc !), sans réelles vacances de printemps, sans pause, sans reconnaissance, avec en permanence à gérer les angoisses et les remarques de tous sur l’incohérence de la gestion de la crise, commence à peser lourd....

---

Comme le Ministre n’est pas capable d’augmenter, de manière significative, les quotités de décharges et d’œuvrer pour un allègement des tâches et une réelle revalorisation de la fonction...il en est réduit à des pis-aller !

La PALME est à lire ici ! https://67.snuipp.fr/spip.php ?article5966

- Le point complet sur le dossier de la direction d’école ici : https://67.snuipp.fr/spip.php ?article5966

 

23 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin, tous droits réservés.