www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin

Vous êtes actuellement : Ecole et société  / L’école et ses adultes : Droits, Débats... 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
5 mai 2022

Les évaluations d’école : où va-t-on papa ?

PNG - 74.8 ko

Les évaluations d’école : où va-t-on papa ? Je ne sais pas mais on y va…

Issues de la loi pour « l’école de la confiance » de 2019 qui a remplacé le CNESCO (organisme d’évaluation indépendant) par le CEE (Conseil d’Evaluation des Ecoles) dont 9 des 14 membres ont été nommés par le ministre Blanquer, les évaluations d’école sont mises peu à peu en place dans les départements.

Elles consistent en une auto-évaluation suivie d’une évaluation externe. Les évaluations d’écoles sont censées déboucher sur une réécriture du projet d’école.

Serait-il aussi question d’uniformiser les pratiques et de poursuivre le contrôle du travail des enseignants et de leur soumission aux bonnes pratiques ?

Cette année, de manière précipitée, elles sont mises en place « expérimentalement » et sur la base du volontariat, comme cela a été confirmé lors de l’audience du 11 janvier 2022 lors de laquelle le SNUipp-FSU a rencontré le CEE.

LE DEROULEMENT DES EVALUATIONS D’ECOLE

1) L’auto-évaluation

L’auto-évaluation est conduite par le directeur. Elle couvre le temps scolaire mais peut aussi couvrir le temps périscolaire.

Un rapport de cette auto-évaluation doit être rédigé puis présenté au conseil d’école. Ce rapport sera fourni aux évaluateurs externes et envoyé pour information à la commune et à l’IEN.

L’auto-évaluation se décline en 4 domaines :

- les apprentissages, le parcours et le suivi des élèves
- le bien-être des élèves et le climat scolaire
- les acteurs, ma stratégie et le fonctionnement de l’école
- l’école dans son environnement institutionnel et partenarial

Elle doit permettre, selon le document de cadrage, de « mesurer les acquisitions des élèves et leurs résultats et les relier aux pratiques professionnelles , aux organisations retenues et aux choix opérés par l’école ». Elle doit aussi « proposer collectivement des axes de développement à mettre en œuvre pour une amélioration (…) de la réussite des élèves »

2) L’évaluation externe

Composée de 3 ou 4 évaluateurs désignés par le DASEN et n’intervenant pas dans l’école (IEN, directeur.trice, chef.fe d’établissement, CPC, enseignant.e…) , la mission d’évaluation doit rendre un rapport qui sera « un outil d’aide pour l’école et la communauté éducative, mais aussi pour les autorités de rattachement ».

L’IEN de circonscription, comme les écoles et leurs personnels, recevront-ils une feuille de route avec la perspective d’une contractualisation des moyens ?

La mission d’évaluation interrogera les partenaires, les parents et les élèves également.

Les missions du services public deviennent-elles des services de consommation comme les autres, où l’on demande aux clients s’ils sont satisfaits ?

La généralisation de ces évaluations est prévue pour la rentrée 2022, sur la base annuelle de 20% des écoles, soit à terme une évaluation tous les 5 ans pour chaque école.

L’AVIS DU SNUipp-FSU67

Ces évaluations, facultatives, sont trop souvent présentées comme obligatoires.

Encore du travail supplémentaire, dans une période où les équipes sont fatiguées après deux années compliquées. Encore une fois, le gouvernement n’écoute pas et ne de rend pas compte de l’état de ses agents sur le terrain.

Est-il si urgent de lancer ces expérimentations ? De manière aussi hâtive ?

Est-il nécessaire de généraliser dès la rentrée ces évaluations à toutes les écoles ? Sans avoir pris le temps d’un retour d’expériences ?

Le CEE estime à 30 heures, le temps de travail pour réaliser ces évaluations. Où dans les ORS, s’inscrivent ces évaluations ? Les 108h ne sont pas extensibles à l’infini.

Le signal envoyé à la profession, par le biais de ces évaluations d’école n’est pas rassurant.

Pourquoi, à aucun moment dans ces évaluations, n’est prise en compte la dimension « équipe » ? Toute l’évaluation repose sur des entretiens individuels.

Que penser des questionnaires distribués aux parents qui ne sont que des questionnaires de satisfaction et ne se base que sur les affects et la subjectivité ?

Que penser de la place prépondérante des élus locaux dans ces évaluations d’école, beaucoup d’éléments étant fonction de la qualité des relations école/mairie, voir directeur.rice/mairie.

Le Snuipp-FSU dénonce le risque d’une remise en cause de la légitimité du lien IEN-enseignant.es . Il dénonce aussi une volonté de faire chuter les conclusions des évaluations d’école, là où les évaluateurs le souhaitaient, selon les premiers retours d’expérience.

Pour le SNUipp-FSU, pour que l’école fonctionne mieux, il faut mettre des moyens (rappelons ici que la France figure parmi les mauvais éèves européens au niveau de la dépense par élève). Faire porter l’amélioration de l’école sur de l’auto-évaluation ne suffit pas.

Pour le SNUipp-FSU, si la volonté du ministère était d’aider les écoles à s’auto-organiser, celui-ci répondrait favorablement aux demandes des collègues quant aux animations pédagogiques ou aux heures de pondération en REP+.

 

60 visiteurs en ce moment

*Top
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 67 du Bas-Rhin, tous droits réservés.